23 septembre 2014 ~ 0 Commentaire

Le petit jeu du qui est qui

Vie

«Cette fille est un cœur, avec moi, mais n’aurait-elle pas une idée derrière la tête?» © DR

«Cette fille est un cœur, avec moi, mais n’aurait-elle pas une idée derrière la tête?» © DR

T’es qui toi? T’es le fils à qui? Tu viens d’où? T’as où les vaches? Des questions bien «valaisannes» pour savoir à qui l’on a affaire…

 

On passe notre vie à essayer de connaître les gens, comme si c’était simple. Qui est l’autre? On aimerait tellement «scanner» nos proches du premier coup, percer leurs secrets, arracher leurs masques, lire dans leurs pensées et surtout deviner leurs intentions.

Comment savoir qui est notre interlocuteur? Certes il y a des indices qui ne trompent pas: le regard, les yeux, la posture, le timbre de voix, l’intonation. Mais là encore, certains jouent si bien la comédie qu’ils peuvent aisément tromper leur monde et nous la jouer à l’envers.

Cet agent d’assurances me dit-il vraiment la vérité? Il a l’air tellement sympathique, mais quand même… Et cette fille d’apparence si accorte, que veut-elle avec ses airs aguicheurs? M’aime-t-elle ou bien a-t-elle une autre idée en tête? En fait, chacun de nous joue la comédie, à un moment ou l’autre de la journée. Endossant des rôles, des attitudes, nous nous faufilons à travers les vicissitudes du quotidien pour toujours faire bonne figure et trouver des solutions à nos appréhensions et à nos peurs.

Au milieu de ce flot de doutes et de questionnements, même notre perception est parfois faussée. Selon notre humeur et selon ce que nous voulons vraiment voir chez quelqu’un, nous allons nous persuader de notre bon sens ou de notre jugement parfaitement éclairé sur l’autre.

Le célèbre professeur d’économie Ichak Adizes nous donne trois bons outils de discernement pour connaître son prochain, outils contenus dans «Le livre juif des Sages».

Il s’agit du kiso, du koso et du kaaso. Ce qui signifie: a) comment quelqu’un dépense son argent, b) quelle est son attitude sous l’effet de l’alcool et enfin c) comment il se comporte lorsqu’il est en colère.

Du coup désormais, il ne nous reste plus qu’à passer en revue notre cantonnade de copains et copines et à les filtrer à travers cette grille de lecture. Et si jamais il subsiste le moindre doute sur la personnalité de quelqu’un, voilà l’arme fatale. Et ce n’est pas mon petit doigt qui me l’a dit: «Pour bien connaître quelqu’un, il faudrait soit le congédier soit en divorcer». A méditer donc avant de se marier…

Article paru dans www.laliberte.ch du 23.09.2014

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

RESIDENCE ESSONIA |
Feabea |
Pays-Queyras |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Chipieetcanaille
| Unehistoiredeux
| Tengovacas